Quel était votre statut auparavant ?


Avant de me lancer dans la franchise, j’ai été directeur puis développeur chez GSF, le leader national du nettoyage industriel. Pendant ma carrière dans cette entreprise, j’ai évolué dans les postes de management, la gestion des équipes jusqu'à 700 personnes, et vécu dans plusieurs villes en France.

 

Pourquoi avoir choisi le modèle de franchise ? Quels avantages y voyez-vous ?


J’étais séduit par l’idée de devenir mon propre chef et l’opportunité KFC correspondait à mon ambition personnelle. De plus, la culture d’entreprise GSF, aussi un métier de service, ressemble beaucoup à celle de KFC.
Le modèle de location-gérance proposé par KFC facilite le montage du projet. C’est cette structure que j’ai choisi pour les trois restaurants. Le modèle de franchise totale est un autre métier, il faut tout créer et tout suivre…


Comment s’est fait le choix de votre réseau ?


L’idée de devenir franchisé d’un restaurant rapide est née il y a quinze ans grâce à mon amitié avec un franchisé d’une autre enseigne de restauration rapide dans la région bordelaise. J’ai également admiré la forte culture d’entreprise dégagée par l’équipe de direction de KFC France. L’aspect challenge et le fait de faire partie d’une enseigne qui est en pleine croissance m’a plus aussi. Je ne voulais pas être un des wagons d’une enseigne déjà connue, mais la locomotive !

 

Avez-vous senti une confiance particulière des diverses parties prenantes (banques, organismes d’aides à la création d’entreprise…) lorsque que vous vous êtes lancés en franchise ?


Je n’avais pas de souci à me faire avec le Crédit Agricole car j’avais déjà une relation de confiance basée sur d’autres affaires que j’ai gérées. Ceci dit, la banque s’est bien renseignée sur le concept et la viabilité de KFC.

 

Quelle est la traduction, au quotidien, de l’effet réseau ?


Quand on est dans un réseau, on est en effet un artisanal dans un monde industriel.
Nous avons les directives et les process mis en place par l’enseigne ; on est aidé dès le début. La puissance d’une marque comme KFC signifie qu’il y a une véritable structure dernière vous pour vous aider. Un franchisé travaillant seul ne réussira pas, ni le franchiseur.

 

Quels conseils donneriez-vous à un futur candidat à la franchise ?


Il faut être quelqu’un de passionné pour devenir franchisé; la passion ne s’apprend pas sur le terrain. Il faut de la présence car on n’a pas le droit à l’erreur. Avoir l’esprit entrepreneurial et le sens de l’écoute est aussi essentiel. D’ailleurs, le travail en couple, comme ma femme et moi, demande un fort investissement personnel et familial. Il faut être bien entouré.

Localisation : Sud Ouest
Reprise de restaurant KFC en franchise :
• Mérignac : 6 novembre 2008
• Villenave d’Ornon : 1 juin 2010

Création et ouverture du restaurant KFC
• Pessac : 27 octobre 2009

Fermer 10E ÉDITION • DU 7 AU 20 octobre 2019

jours

H
:
MIN
:
SEC

VOIR le site

Découvrir la vidéo

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts En savoir plus